Tous les articles par Christophe Jeunesse

Demande d’aide de l’association des familles catholiques de Strasbourg


Une famille en détresse sollicite votre aide. 

En effet, cette maman recherche un moyen de garde pour son fils trisomique la semaine du 8 au 12 Août de 8h à 14h30. Vous trouverez plus de précisions ci-dessous.

A défaut de pouvoir l’aider matériellement, n’hésitez pas à prier pour eux.

Suite au départ imprévu de nos auxiliaires de vie et à la fermeture estivale de la structure d’accueil de mon fils Samuel, je cherche d’urgence une personne de confiance pour s’occuper de lui la semaine du 08 août au 12 août 2022 de 8 heures à  14h30. Mon fils est un jeune adulte porteur de trisomie 21.

Je propose un CDD d’une semaine, rémunéré au SMIC, afin de pouvoir travailler moi-même. Peu importent l’âge et les diplômes, ce poste nécessite surtout de l’amour et de la patience. Si vous êtes intéressé(e), vous pouvez me joindre au 06 09 04 95 55 (Myriam BENGUIGUI) ou à l’adresse guibard.myriam@orange.fr

Jubilé du Père Joseph

Une messe d’action de grâce pour les soixante ans de sacerdoce du père Joseph Weinling a été célébrée à l’église Saint-Georges de Souffeleyersheim, son village natal. Le père Joseph a donné lors de cette messe jubilaire le témoignage de son parcours sacerdotal. Il déclarait : « Quand j’étais allongé le 29 juin 1962 avec treize de mes confrères pour l’ordination par Mgr Jean Julien Weber à la cathédrale de Strasbourg je me suis donné corps et âme au Seigneur et à Son Eglise. Nommé successivement vicaire à Ostwald (trois ans), à Saint-Louis de la Robertsau (trois ans) et à Saint-Georges de Sélestat (quatre ans), j’ai été nommé curé dans la nouvelle paroisse de Lingolsheim (sept ans) puis à Saint-Laurent de Benfeld (neuf ans) et enfin à Saint-Georges de Haguenau (vingt-deux ans !). Pour toutes ces nominations j’ai répondu volontiers à l’appel de l’évêque. En 2010 j’ai trouvé un excellent accueil dans la communauté de paroisses de Mundolsheim-Vendenheim-Lampertheim.

Ces soixante années n’ont pas toujours été un long fleuve tranquille. Il y a eu des épreuves, des résistances, des moments de fatigue. A cette époque il y avait encore du monde à la messe. Dans toutes les paroisses j’ai connu le bonheur de travailler avec les laïcs qui répondaient à mes appels. Mouvements de jeunes, Coeur vaillants, colonie de vacances, scoutisme, JIC, adultes, CMR, Equipes Notre-Dame, jeunes foyers, équipe de Saint Vincent de Paul et surtout la catéchèse scolaire et paroissiale. Mon grand bonheur, dans le domaine de la catéchèse, a été de compter dans ma dernière paroisse jusqu’à vingt-cinq catéchistes pour le premier pardon et autant pour la communion. Quelle belle ambiance ! C’est que les « appelés » devenaient des « appelants ». Les laïcs étaient pleinement investis. Je n’ai jamais quitté une paroisse avec regret : nous ne sommes que de passage. Ma conviction est et restera « aimer et servir ». Combien de fois ai-je répété, et je ne l’ai pas inventé : « Un chrétien qui ne sert pas est un chrétien qui ne sert à rien ! » C’est la raison pour laquelle je continue à sevir avec bonheur bien que je sois mis physiquement à l’épreuve (par des problèmes de marche et de vue, ndlr). Si dans ma vie sacerdotale il a pu y avoir des zones d’ombre, de refus, que le Seigneur me pardonne. Sollicitez-moi pour que je puisse encore quelque temps aimer et servir. Le rétroviseur nous permet de voir ce qui est derrière nous, mais le plus important, la vie est devant ! »

Et précisément, à la fin de la célébration, la vie actuelle s’est rappelée à nous en la personne de Pablo Fernandez, venu témoigner de son effort humanitaire pour l’Ukraine ravagée par la guerre. Il a lancé un appel à dons pour financer son convoi humanitaire qui devait partir le 14 juillet de Strasbourg pour convoyer des ambulances et du matériel de premiers secours, car là-bas les gens meurent faute de soins.