Tous les articles par Christophe Jeunesse

BAptême de chorale et entrée en parcours catéchuménal

La messe du dimanche 26 janvier à à l’église Saint-Georges de Souffelweyersheim a débuté par la présentation des catéchumènes de notre communauté de paroisses qui seront baptisés lors de la vigile pascale : Nadia, Amélie, Eric, Michaël, Solène. A travers le rituel prévu pour cela l’abbé Gabriel-Marie a posé aux candidats au baptême les questions chargées d’interroger leur détermination à vivre en chrétiens ainsi qu’aux accompagnateurs Christophe, Catherine et Paulette la certification de l’authenticité de leur démarche. L’abbé Gabriel relevait que pour chacun d’eux c’est une expérience spirituelle forte qui est à l’origine de leur demande. Prochaine étape pour les catéchumènes : l’appel décisif par Mgr Luc Ravel lors d’une messe à 18h le samedi 29 février à la cathédrale de Strasbourg. Nous sommes tous invités à les entourer ce jour-là, pour cela une inscription est requise, s’adresser au presbytère – 03 88 20 02 45 – ndlapaix10@gmail.com .

Après la liturgie de la parole fut procédé aussi au baptême de la nouvelle chorale de la paroisse, le choeur des Séraphins, pour l’instant composée d’étudiants africains (Togo, Burkina Faso, Bénin) sous la conduite d’Epiphane, l’un de nos organistes. Cette chorale gospel ouverte à de nouveaux membres animera une messe une fois par mois.

Célébration oecuménique

La célébration œcuménique de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens s’est déroulée le samedi soir à l’église Saint-Georges de Souffelweyersheim. Cette année ce sont les chrétiens de Malte qui ont préparé son déroulement. D’où le choix du texte tiré des Actes des apôtres qui narre le naufrage sur l’île de Malte du bateau qui emmenait Paul captif à Rome pour comparution devant l’empereur. La célébration avait été adaptée pour Souffel-Reichstett par une équipe issue des paroisses luthérienne et catholique. Un bateau symbolique construit par M. Roesch, de la paroisse protestante, passionné de maquettes de bateaux, avait pris place dans le chœur. C’est le pasteur retraité Georges Bronnenkant qui a prononcé l‘homélie. Après la célébration la communauté des Boucles de la Souffel avait préparé par sur le parvis un pot de l’amitié.

rencontre des bénévoles et messe du baptême du seigneur

Rencontre des bénévoles

Le samedi 11 janvier a eu lieu au foyer Saint-Michel une rencontre amicale des bénévoles de la communauté de paroisses. Après un mot d’accueil des présidents des conseils de fabrique de Reichstett et Souffelweyersheim notre curé l’abbé Gabriel a lui-même salué et remercié toutes ces bonnes volontés et « petites mains » réunies avant de confier cette rencontre et toute notre année au Seigneur. Suivit la rétrospective de 2019 en images de Jean-Pierre Grettner sur fond de chansons interprétées par René Ganzitti, après quoi fut assuré un service de vin chaud, café et gâteaux. Chaque bénévole s’est à cette occasion vu remettre un petit objet en bois d’olivier fabriqué pour l’association Artisans du monde par des artisans palestiniens.

Messe du baptême du Seigneur

Le lendemain dimanche 12 janvier, solennité du baptême du Seigneur, la messe fut l’occasion pour les tout-petits de s’éveiller à la foi sur le thème de l’évangile du jour. A la fin de la messe ils ont présenté le petit bricolage réalisé dans ce cadre. Le texte et l’homélie du jour sont disponibles ci-contre. A la fin de la messe l’abbé Gabriel a annoncé les deux prochains rendez-vous communautaires :

le samedi 25 janvier à 18h30 à Saint-Georges la célébration oecuménique 

le mercredi 29 janvier au foyer Saint-Georges le repas convivial largement ouvert à tous moyennant une participation aux frais de 10 euros. Inscriptions à l’aide du formulaire ci-contre avant le 19.

Messe de la saint sylvestre

En cette soirée de la Saint Sylvestre, la messe a démarré avec la fameuse et superbe rétrospective de l’année, réalisée tout en images et musiques par Jean-Pierre Grettner. Nous avons pu voir ou revoir tous les moments d’une année très riche, et surtout pris la mesure de l’investissement de nombreux paroissiens au service de leur communauté.

Projection de la rétrospective de l’année 2019

Dans son homélie, le Père Gabriel a souligné ce temps particulier de bilan et de résolution pour l’année à venir.

Si Dieu est déconnecté de la succession du temps, celle-ci est bien propre à l’homme. Elle lui permet de cheminer vers Dieu, et permet le déploiement de son amour dans tous les interstices de notre vie.

En cette fin d’année, le Père Gabriel nous a ainsi exhorté à dire merci à Dieu, sans relâche, pour l’immense amour qu’il nous donne, et ce particulièrement dans les moments difficiles. Au-delà de toutes les grâces qu’Il nous donne chaque jour, il a expliqué que si nous laissons Dieu nous aider à porter nos moments difficiles, nous aurons alors pleinement la mesure de son amour pour nous.  

« Plus nous serons dans l’action de grâce, plus les grâces arriveront ! » Alors pour la prochaine année, le Père Gabriel nous a encouragé à devenir des « merci vivants », de savoir nous émerveiller… même de ce que nous ne comprenons pas.

Il a terminé son homélie en remerciant la communauté paroissiale pour sa fidélité, ses prières et ses œuvres multiples au service de tous. Enfin, il nous a remercié pour l’accueil qui lui avait été fait depuis son arrivée, il y a bientôt un an et demi.

BONNE ET JOYEUSE ANNEE A TOUS ! LAISSONS NOUS EMPLIR DE L’ESPRIT SAINT TOUS LES JOURS DE NOTRE VIE !

épiphanie : Messe des familles avec venue des mages a la crèche

La messe des familles avec la venue des Mages se déroulera ce dimanche 5 janvier à 10h30 et sera animée par la chorale des Hartzengele. En cette messe particulière, comme tous les ans, petits et grands sont invités à venir costumés aux couleurs du monde. Ils symboliseront ainsi la diversité de l’humanité venue adorer le Christ en ce jour de l’Épiphanie. Un partage de galettes sera proposé à la sortie de la messe..

Messe de noël des familles et crèche vivante le 24/12

L’église de Reichstett était pleine comme jamais pour cette messe de Noël des familles qui allait être magnifiquement animée par la chorale des Hartzengele. Des chaises ont dû être mises au fond pour permettre aux personnes de s’assoir… et il restait encore des personnes debout !

Il faut dire que la crèche vivante constitue un point d’attraction supplémentaire pour les familles et amis des enfants qui y participaient, mais aussi pour tous ceux qui apprécient cette saynète comme participant pleinement à la « féérie », mais aussi au message de Noël.

Valérie Roehrig a introduit la crèche vivante en signalant qu’elle existait depuis déjà 30 ans à Reichstett, la première année au foyer paroissial avec l’ACE, et ensuite à l’église, et ce sans discontinuer jusqu’en 2014. Ensuite, cela s’est fait en alternance avec la crèche de Souffelweyersheim, mais lors de la messe des familles. Valérie a également rappelé que les crèches vivantes de Reichstett alternaient entre une crèche dite « traditionnelle », une crèche des santons de Provence, une crèche alsacienne, dont les dialogues ont été dits par des acteurs du théâtre alsacien, et pour finir, une crèche africaine.

Le 24 au soir, c’était la crèche alsacienne qui était à l’honneur, le rôle de l’enfant Jésus étant tenu – admirablement – une petite fille du doux nom de Lila.

Malgré le faible nombre de répétitions, les autres enfants ont aussi très bien tenu leur rôle. Marie et Joseph se faisaient refouler par les habitants du village avant que des gitans les aident à trouver une place dans une étable afin que Marie puisse accoucher sous un toit. Tous les santons de la crèche, les bergers, les anges venaient ensuite se prosterner devant l’enfant Jésus, trônant entre Marie et Joseph, sous le regard d’un âne et d’un bœuf bienveillants.

Dans son homélie, le Père Gabriel faisait écho à cette crèche. Il soulignait que le Mystère de Noël, c’était bien le fait que Dieu lui-même, par amour pour nous, rentre dans la misérabilité de la créature humaine. Dieu a épousé notre condition pour que nous puissions être comme Lui, pour que nous rentrions dans son projet de divinisation de la création.

De fait, ce que nous fêtons à Noël, c’est son amour infini pour nous. Le sens de cette fête, c’est que Dieu nous aime exactement comme nous sommes, qu’Il ne désespère jamais de nous et que, quoi qu’il arrive, nous sommes précieux à ses yeux. En ce sens, il est le seul à nous apporter l’amour véritable, l’amour susceptible de nous combler et de nous rendre pleinement heureux.

Comme accéder à ce bonheur ? Simplement en lui ouvrant notre cœur, quel qu’il soit, quoi qu’il y ait dedans, afin de Lui ressembler chaque jour un peu plus. En ce sens, le Père Gabriel a invité chacun d’entre nous à préparer, en ce Noël, une crèche pour Jésus, et ce au sein même de notre cœur, d’en faire pour Lui une véritable crèche vivante !

Un grand bravo à tous ceux qui ont œuvré, petits et grands, à cette très belle messe de Noël !

Homélie du père christophe hagenbach (22/12/19)

En ce dernier dimanche de l’Avent avant Noël l’abbé Christophe, qui a célébré la messe à Reichstett, nous a gratifiés d’une splendide homélie dont vous trouverez le texte en annexe. L’après-midi la chorale Sainte-Cécile et la chorale gospel Angel’s voice ont donné à l’église Saint-Georges  un concert dans le cadre du Noël au village organisé par la municipalité, avec en prime un diaporama de Jean-Pierre Grettner.

Quatrième dimanche de l’Avent

Le feu bientôt au vert !

Soeurs et frères,

Aujourd’hui c’est le dimanche du presque. Nous y sommes presque ! Comme le dit Isaïe d’ici le 24 au soir : « ne fatiguons plus Dieu ». Ne l’accablons pas encore de toutes nos récriminations. Il est peut-être fatigué de sa marche vers Béthléem. Alors laissons-le reposer calmement, en silence, dans le ventre de Marie, et peut-être sur l’âne de Joseph. Ne fatiguons plus Dieu. Restons encore quelques heures dans le presque ! Le presque de Joseph et le presque de l’Emmanuel.

1. Tout d’abord Joseph. Matthieu parle plus de lui que de Marie. C’est le dimanche de Joseph, enfin… l’annonce à Joseph comme on disait ! Je vous invite donc aujourd’hui à faire comme lui, à dormir pendant mon homélie. Endormez-vous, retrouvez vos rêves, rejoignez le rêve de Joseph. Le presque, n’est ce pas le temps du désir, de l’attente ? comme nos rêves ? Joseph ne parle pas (ouf…) mais il rêve. Il est presque réveillé. Il va presque renvoyer Marie sa fiancée enceinte bien trop tôt, c’est sûr ! Mais d’abord il dort. « Le Seigneur comble son bien aimé quand il dort » (Ps.). La nuit porte conseil. Un ange ou son désir profond – qu’importe – dégagé de toute violence, de toute rancoeur, lui fait découvrir, ressentir son juste chemin. « Accueille Marie telle qu’elle est ! Accueille l’Enfant car c’est toi, le rêveur, qui lui donnera son nom ! ». Presque réveillé la Bonne Nouvelle agit en lui. Presque réveillés, la Bonne Nouvelle agira en vous les heures qui viennent.

2. Aujourd’hui c’est aussi le presque de l’Emmanuel. Avant l’annonce à Joseph, des centaines d’année avant il y avait l’Annonce par Isaïe aux ancêtres de Joseph, à la maison de David : « Le Seigneur lui-même vous donnera un signe. Voici que la Vierge est enceinte : elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel, Dieu avec nous ». Ce matin nous en sommes encore là. C’est l’Emmanuel annoncé, ce n’est pas encore Jésus, mais c’est presque Jésus. C’est encore un peu le Grand Dieu (le Gott mit uns), ce n’est pas encore le petit enfant de la crèche. Nous sommes dans le silence et dans l’attente, nous espérons peut-être encore de la force et de la puissance, quelqu’un qui résoudrait tous nos problèmes ; nous balbutions l’avenir, nous cherchons les mots qui se dérobent… Restons encore dans ce silence de Dieu qui se concentre qui va se résumer et éclater dans le juste cri de la nuit de Noël ! Avec Joseph apprenons à nommer nos vies, à nommer nos rêves avec justesse, à nommer ce que nous ressentons les uns avec les autres. Ne fatiguons pas Dieu ces trois jours. Laissons-le en paix préparer l’avenir du monde. Mais préparons nos bouches, nos mots et nos chants pour l’accueillir. Pourquoi ne pas lui écrire sur papier ou par SMS un mot d’accueil ou de bienvenue que nous déposerions dans la crèche le soir de la nuit étoilée.

Soeurs et frères, oui nous y sommes presque. Vous pouvez maintenant vous réveiller doucement et montez dans votre voiture. Il y a des pays ou les feux tricolores passent à l’orange avant le vert. Maintenant vous êtes arrêtés à ce feu orange. Il n’y a pas de radar. Vous pouvez rester zens. Encore un peu d’attente. Enclenchez la première. Réjouissez-vous en silence. Le feu va passer au VERT ! Bientôt…

Abbé Christophe Hagenbach