Noël, c’est capital !

J’ai eu la grâce de vivre deux événements capitaux en ce temps d’Avent : le concert pour la paix donné avec la participation de la chorale des enfants de Bethléem à l’initiative des Associations familiales catholiques en l’église Saint-Pierre-le-jeune de Strasbourg et la réception de la Lumière de la paix de Bethléem dimanche soir en l’église Saint-Laurent de Bischheim. Au début du concert de la paix maître Paillot, président des AFC, nous a invités à une minute de silence et de prière pour les victimes de l’attentat du marché de Noël et à applaudir élus et forces de l’ordre qui ont bien réagi en ces circonstances éprouvantes. Puis le concert a commencé avec la prestation de la chorale des enfants de Bethléem qui ont chanté des chants de Noël en arabe. Un moment émouvant. Ils furent suivis par l’atelier choral et le chœur des grands de l’école-lycée Notre-Dame, avant que l’école maîtrisienne de la cathédrale Notre-Dame n’interprète une messe puis des chants de Noël. Le concert s’est terminé par un final de tous les chœurs réunis et s’est conclu par un Je vous salue Marie dont la version en arabe par les enfants de Bethléem était tout simplement admirable. Un bémol toutefois : le jumelage de Strasbourg avec Bethléem a été présenté comme celui des « deux capitales de Noël ». C’est un peu fort de café car, il faut bien le dire, Strasbourg s’est auto-proclamée capitale de Noël : c’est de la « com » ! Bethléem au sens biblique n’est pas « capitale de Noël », même si c’est le lieu du premier et vrai Noël. Et Bethléem a été choisi par Dieu pour la naissance de Son Fils dans une mangeoire, c’est autre chose que le clinquant du marché de Noël !

Le lendemain soir en l’église Saint-Laurent de Bischheim j’ai pu vivre un autre événement en lien avec Bethléem, l’arrivée de la Lumière de la paix de Bethléem apportée par des scouts dans quatre villes de France dont Strasbourg. La paroisse nous a offert après la messe un lumignon avec la flamme en nous invitant à la diffuser autour de nous, ce que j’ai fait illico. Car s’il y a une capitale de Noël, c’est dans notre cœur que Dieu veut la faire. De chacun de nos cœurs Dieu veut faire sa capitale de Noël. Accueillons donc la paix qui vient de Lui et partageons-la autour de nous, c’est capital et urgent dans notre monde si troublé !

Gérard Banholzer

Photo : Le final du concert de la pais avec tous les chœurs réunis. Au premier rang les enfants de Bethléem. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *