Première messe après le déconfinement le dimanche 24 mai à reichstett

Il flottait une ambiance particulière lors de cette première messe depuis la mi-mars à l’église de Reichstett, sans doute un mélange de joie, d’émotion et recueillement. Une bonne cinquantaine de paroissiens étaient présents, tous portaient un masque, et étaient éloignés les uns des autres selon les consignes de distanciation physique à respecter pour ce type de rassemblement. En début de célébration, la présidente du Conseil de Fabrique, Sonia Kleiss, a d’ailleurs rappelé et précisé ces directives diocésaines, celles-ci étant à appliquer rigoureusement lors de chaque célébration à venir ; nous vous invitons d’ailleurs à en (re)prendre connaissance sur ce site.

A sa suite, le Père Gabriel l’a remerciée, ainsi que l’ensemble des membres du Conseil, pour leur investissement. Il a également remercié Elisabeth qui, quotidiennement, a fait sonner les cloches de notre église pendant toute la période du confinement ; et c’était ce fidèle carillon qui nous avait enfin invité, en ce dimanche ensoleillé, à nous rassembler pour de bon !

Après avoir exprimé sa joie de nous retrouver après deux longs mois, le Père Gabriel a évoqué, dans son homélie, ce temps si particulier qui avait brutalement fait irruption dans nos vie, temps de souffrance, temps de grâce aussi, temps qui nous nous amenait à nous interroger sur la destinée humaine, sur le sens de la vie. Mettant en avant que cette période était propice à un regain de conscience, il a évoqué l’évangile du jour ; celui-ci nous révèle précisément que la mission de Jésus Christ est bien de donner un véritable sens à notre vie : participer à la gloire de Dieu dans le but de la vie éternelle. Et c’est en étant en intimité, en communion avec Dieu, qu’il nous a encouragé à nous engager dans le recommencement à venir, avec plus de foi, plus d’amour, et plus d’espérance.

En fin de célébration, le Père Gabriel a fait état de quelques informations pratiques en lien avec la reprise des offices et fait appel à notre générosité lors de cette quête, mais également lors des prochaines ; en effet, cette période est très défavorable aux finances de l’Eglise en général, mais également à celles de notre diocèse et de notre paroisse.

Et comme le Père Gabriel ne pouvait plus nous saluer comme c’était d’usage à la sortie de la messe, il nous a dit nous embrasser fort et exprimé le souhait de nous revoir bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *