Présentation du nouveau curé de notre communauté de paroisses à compter du 1er septembre 2018 : le Père Gabriel Tchonang

Je suis le Père Gabriel Tchonang, né en 1970 à Foumbot, localité située à l’Ouest du Cameroun. Après quelques années d’études de philosophie et de théologie, je suis  admis au séminaire de Strasbourg en 2004 et ordonné 4 ans plus tard le 8 juin 2008 pour le compte du diocèse de Strasbourg où je suis incardiné. Après deux années comme vicaire à Illkirch Graffenstaden je viens de passer 8 ans comme prêtre coopérateur dans la communauté des paroisses de Bruche et Coteaux, sous le patronage de sainte Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein).

J’accueille dans l’obéissance et l’action de grâces la nouvelle mission qui m’est confiée par l’évêque  comme curé des paroisses des boucles de la Souffel et prie que le Seigneur bénisse et fortifie dans la foi tous les membres de cette merveilleuse communauté. Je remercie d’avance tous les chrétiens  qui travailleront à mes côtés pour qu’advienne le Règne de Dieu dans les cœurs. J’arrive sans ambition et sans prétention, conscient de mes pauvretés et limites mais grandement confiant dans la puissance d’amour et de miséricorde du Seigneur. Je rends grâce pour l’œuvre de Dieu accomplie dans cette communauté par tous mes prédécesseurs, en particulier les deux derniers qui ont construit et affermi la communauté de paroisses : le P. Albert Nouati et le P. Stanislas Dominique Mendy qui m’initie comme un véritable frère aîné sur l’âpre voie de la charge curiale.

C’est avec joie que je vous rencontrerai les mois prochains pour la préparation de notre rentrée pastorale.

Je vous assure de ma profonde prière et de mon sincère amour dans Notre unique Seigneur.

Dieu vous bénisse et vous bénisse encore !

Messe dominicale du 6 mai animée par la chorale Bandeku.

La messe du 6 mai a été marqué par l’évangile de Jean (15, 9-17). Dans son homélie, le  Père Stanislas a insisté sur le fait que le Dieu des chrétiens se distinguait essentiellement de celui des autres religions car il était avant tout un Dieu d’amour, un Dieu grâce auquel il nous était possible de vivre cet amour entre nous, en couple, en famille, au travail.  L’enjeu est de taille quand Jésus nous dit, dans l’évangile de Jean, que seul cet amour peut nous mettre dans une « joie parfaite » ! Cet amour, le père Stanislas, nous invite aussi à le vivre dans l’universalité, dans l’ouverture à toutes les cultures. L’assemblée a pu le faire avec bonheur grâce à l’animation très joyeuse et colorée du groupe de gospel Bandeku qui était venu animer cette messe. La joie des paroissiens était bien palpable à la fin de la célébration ! 

 

 

Messe mariale du 1er mai 2018

La messe mariale du 1er mai, fête de saint Joseph artisan, ouvrier et travailleur, a été célébrée en l’église Saint-Michel. Dans son homélie l’abbé Stanislas a attiré l’attention des fidèles sur trois points : ne pas juger avec des idées toutes faites, savoir accueillir l’autre et recourir à Marie, elle qui nous dit « Faites-tout ce qu’il vous dira » car nous pouvons être sûrs que Jésus aussi est bien susceptible de nous dire « Faites tout ce qu’elle vous dira ! » Les Coeurs chantants qui ont animé la célébration ont par ailleurs innové en se plaçant dans les bancs, au premier rang. Un petit sondage effectué à la sortie de la messe a confirmé la pertinence de ce placement qui a le mérite de nous tourner tous ensemble vers l’unique Seigneur qui nous rassemble.

 

Dernière rencontre des jeunes couples avant leur mariage – 28 avril 2018

Samedi 28 avril, les jeunes couples qui se préparent au mariage sont venus écouter des couples mariés qui ont témoigné de leur histoire et de leur quotidien. Ils ont pu exprimer comment leur foi constituait un pilier pour leur vie commune, comment elle contribuait à donner de la joie dans leur relation, entre eux et avec leurs enfants. Il s’en est suivi un goûter que tous ont partagé avant de se rendre, pour certains d’entre eux, à la célébration de l’eucharistie en l’église Saint Michel de Reichstett.

Les célébrations de Pâques à Reichstett et Souffelweyersheim

Veillée pascale à Reichstett

La veillée pascale communautaire s’est cette année déroulée à Reichstett selon son scénario liturgique habituel. Petite nouveauté, ce sont les servants d’autel qui ont transmis aux fidèles la flamme du cierge pascal en remontant l’allée centrale. Ils s’en sont encore donné à coeur joie en accompagnant de leurs crécelles le chant du Gloria. L’événement de la soirée fut le baptême d’Audrey, une jeune femme qui en a exprimé le désir pour pouvoir partager la foi de sa famille. Elle s’est avec patience et assiduité préparée à ce sacrement avec l’abbé Stanislas. A plusieurs reprises au cours de la célébration ce dernier, qui a chanté l’Exultet accompagné magnifiquement par la chorale Sainte-Cécile, a fait applaudir le Christ pour son oeuvre de salut par sa résurrection et pour son action dans le sacrement du baptême.

Messe de Pâques à  Souffelweyersheim

Concélébrée par les Pères Christophe et Stanislas, la messe du dimanche de Pâques, la plus importante du calendrier chrétien, avait tout d’une fête : magnifique décoration florale, chants vivants et priants interprétés par Sakura, église comble, paroles d’espérance et de vie et puis le baptême du petit Eros, 8 ans qui était venu accompagné de toute sa famille.

Cliquez ici pour voir une vidéo de l’offertoire avec la chorale Sakura.

Messe du Jeudi Saint – Annonce du départ du Père Stanislas


 La messe du Jeudi Saint célébrée en l‘église Saint-Michel de Reichstett a été marquée par le lavement des pieds à douze paroissiens de tous âges en signe du Christ serviteur qui nous appelle à servir nos frères à sa suite. Dans son homélie en cette fête de l’institution de l’eucharistie l’abbé Stanislas Mendy a médité sur le sens de ce sacrement. Rappelant que « la dévotion à l’eucharistie n’est pas facultative », il insistait sur le fait qu’elle est d’initiative divine – « le choix de Dieu » – motivée par « le génie de l’amour, une façon d’aimer à la manière divine, la plus divine façon d’aimer l’homme ». Elle a deux fonctions envers nous : d’une part « le pain de vie est notre nourriture pour avoir en nous la vie », de l’autre elle est le moyen par lequel « Dieu se met à disposition de notre adoration en se rendant visible dans le pain eucharistique ».

En ce jour de l’institution du sacrement de l’ordre l’abbé Stanislas nous incitait aussi à aimer nos prêtres et à prier pour eux. Et de souligner dans la foulée de l’homélie de Mgr Ravel à la messe chrismale que le ministère est un service des fidèles : « Dans l’Église il n’y a pas de places d’honneur ».

 

Départ imminent

Ce qui lui permit de revenir sur l’annonce qu’il avait faite au début de la célébration de sa nomination en septembre comme vicaire épiscopal à Mulhouse (pour visionner cette annonce cliquer sur le lien annexé à ce texte) en rappelant que ce n’est pas un honneur qu’on lui fait mais un service plus haut que Mgr Ravel lui confie et qui l’étonne encore : « Je suis surpris qu’on m’ait choisi. Je n’ai aucun mérite, c’est le don de Dieu. » Conscient que ce départ précipité va couper notre communauté – « ballottée » une fois de plus – dans son élan alors que la mayonnaise venait de prendre, il nous a certifié avoir obtenu de l’archevêque l’assurance de son souci pour le choix de notre nouveau prêtre de la bonne continuité de l’oeuvre déjà accomplie. Ceci dit, ceux qui avaient jaugé la qualité de notre pasteur actuel à sa vraie valeur se doutaient bien qu’il ne resterait sans doute pas longtemps parmi nous. Car, pour filer la métaphore sportive, il est bien difficile à un petit club de garder ses meilleurs joueurs. Et ici aussi le transfert a lieu avant la fin du contrat. C’est d’autant plus difficile qu’en fait nous perdrons non pas un joueur, mais un entraîneur, un vrai premier de cordée qui nous conduit au Christ et organise en ce sens son Corps qui est l’Église à Reichstett et Souffelweyersheim.

Gérard Banholzer

 

Paroisses de Reichstett et de Souffelweyersheim