Noël, c’est capital !

J’ai eu la grâce de vivre deux événements capitaux en ce temps d’Avent : le concert pour la paix donné avec la participation de la chorale des enfants de Bethléem à l’initiative des Associations familiales catholiques en l’église Saint-Pierre-le-jeune de Strasbourg et la réception de la Lumière de la paix de Bethléem dimanche soir en l’église Saint-Laurent de Bischheim. Au début du concert de la paix maître Paillot, président des AFC, nous a invités à une minute de silence et de prière pour les victimes de l’attentat du marché de Noël et à applaudir élus et forces de l’ordre qui ont bien réagi en ces circonstances éprouvantes. Puis le concert a commencé avec la prestation de la chorale des enfants de Bethléem qui ont chanté des chants de Noël en arabe. Un moment émouvant. Ils furent suivis par l’atelier choral et le chœur des grands de l’école-lycée Notre-Dame, avant que l’école maîtrisienne de la cathédrale Notre-Dame n’interprète une messe puis des chants de Noël. Le concert s’est terminé par un final de tous les chœurs réunis et s’est conclu par un Je vous salue Marie dont la version en arabe par les enfants de Bethléem était tout simplement admirable. Un bémol toutefois : le jumelage de Strasbourg avec Bethléem a été présenté comme celui des « deux capitales de Noël ». C’est un peu fort de café car, il faut bien le dire, Strasbourg s’est auto-proclamée capitale de Noël : c’est de la « com » ! Bethléem au sens biblique n’est pas « capitale de Noël », même si c’est le lieu du premier et vrai Noël. Et Bethléem a été choisi par Dieu pour la naissance de Son Fils dans une mangeoire, c’est autre chose que le clinquant du marché de Noël !

Le lendemain soir en l’église Saint-Laurent de Bischheim j’ai pu vivre un autre événement en lien avec Bethléem, l’arrivée de la Lumière de la paix de Bethléem apportée par des scouts dans quatre villes de France dont Strasbourg. La paroisse nous a offert après la messe un lumignon avec la flamme en nous invitant à la diffuser autour de nous, ce que j’ai fait illico. Car s’il y a une capitale de Noël, c’est dans notre cœur que Dieu veut la faire. De chacun de nos cœurs Dieu veut faire sa capitale de Noël. Accueillons donc la paix qui vient de Lui et partageons-la autour de nous, c’est capital et urgent dans notre monde si troublé !

Gérard Banholzer

Photo : Le final du concert de la pais avec tous les chœurs réunis. Au premier rang les enfants de Bethléem. 

 

Messe de rentrée et fête patronale Saint Michel – 14/10/18

Le 14 octobre s’est déroulé un double évènement dans notre communauté de paroisse, la fête patronale Saint Michel, le Saint patron de la paroisse de Reichstett et le démarrage des cycles de catéchisme avec la bénédiction des cartables.

En écho à l’évangile, le Père Gabriel a affirmé à la nombreuse assemblée que la véritable liberté, c’était l’attachement à Dieu, l’union à Dieu. Il a particulièrement exhorté les jeunes à ce que leur principale source de bonheur de soit pas le jeu vidéo, à détacher leur cœur de ce qui les prive d’expérimenter la présence de Dieu, de goûter Dieu en entrant en soi-même, en silence, dans la prière. Il

s’agit pour eux d’aimer Dieu pour qu’il agisse en eux. Il est le meilleur garant de l’avenir qu’ils souhaitent se bâtir.

Il a terminé la messe en bénissant les nombreux cartables déposés au pied de l’Autel et en remerciant chaleureusement les catéchistes pour leur présence et leur dévouement auprès des jeunes.

Nous leur souhaitons à tous une belle année scolaire !

Dimanche 2 septembre 2018 : Installation du père Gabriel-Marie Tchonang


L’église Saint-Georges de Souffelweyersheim était comble à l’occasion de la messe d’installation de l’abbé Gabriel-Marie Tchonang comme curé de la communauté de paroisses des Boucles de la Souffel par le vicaire épiscopal de la zone pastorale de Strasbourg-Eurométropole l’abbé Didier Muntzinger.

De nombreux anciens paroissiens, compagnons de route et amis de l’abbé s’étaient joints aux fidèles des deux paroisses et à neuf confrères prêtres  pour entourer le nouveau curé. L’abbé Muntzinger a commencé par présenter l’arrivant, né au Cameroun il y a 48 ans. Après un temps chez les dominicains il entre finalement au grand séminaire dans le cadre duquel il effectue un stage à la paroisse Saint-Laurent de Bischheim. Ordonné prêtre au titre du diocèse de Strasbourg, il exerce d’abord son ministère dans le Haut-Rhin puis est vicaire à Illkirch-Graffenstaden. Sa dernière affectation comme prêtre coopérateur l’a conduit depuis 2010 pendant huit ans dans le secteur du Dompeter. Docteur en théologie, il est chargé de cours à la faculté de théologie catholique de Strasbourg. Il est aussi désormais prédicateur de retraites au Foyer de Charité d’Ottrott. A son arrivée chez nous il se considère comme « pauvre et mendiant » : « pauvre de mes limites, mendiant de votre miséricorde ». La lettre de mission et d’installation de l’archevêque de Strasbourg lui enjoint notamment d’œuvrer « au bien spirituel et à l’unité de ses paroissiens ». Le mot d’accueil du maire de Souffelweyersheim a été prononcé au nom de son collègue de Reichstett, présent dans l’assemblée.  Les deux maires lui ont alors remis symboliquement les clés des églises. Dans son petit mot la responsable de zone Elizabeth Clément nous a assuré : « Il sera le pasteur de vos âmes, de toutes vos âmes. »

Dans son homélie l’abbé Gabriel-Marie a retenu des lectures du jour l’appel à la sainteté adressé par  Dieu à son peuple et à chacun de nous et donné le but à atteindre : le cœur à cœur avec Dieu qui corresponde à notre vocation à la sainteté, car « nous sommes en route vers des réalités invisibles et éternelles, c’est-à-dire vers le Ciel ». Et de souligner que Dieu appelle chacun : « Recentre-toi sur toi-même, retrouve-Moi au fond de ton coeur ! » Nous conduire à devenir des amis de Dieu, à devenir des saints, voilà, selon ses propres mots,  tout son programme pastoral.

La chorale des Hartzengele lui a même réservé une petite surprise, l’interprétation dansée d’un chant traditionnel de son village natal, un cadeau qui fit monter sur ses lèvres un large sourire de ravissement.

A la fin de la célébration vinrent les mots d’accueil d’une paroissienne et d’une représentante de la communauté protestante, ainsi que du maire de Reichstett. A la suite de quoi il a pris le temps de remercier longuement, et non sans humour, toutes les personnes qui ont accompagné son cheminement et celles qui ont contribué à lui réserver le bon accueil qu’il a trouvé ici. Puis tout le monde s’est retrouvé au foyer Saint-Georges autour du pot de l’amitié.

 

Un agenda pour une bonne transition

Messes de départ :
samedi 25 août à 18h30 à Reichstett, suivie du verre de l’amitié au foyer St Michel.
dimanche 26 août à 10h00 à Souffelweyersheim

Rencontres de « passage » en présence du Père Gabriel :
lundi 27 août à 20h00 au foyer St Michel avec tous les acteurs de la liturgie
mardi 28 août à 20h15 au presbytère de Souffel avec les membres de l’EAP en présence de la zone pastorale
mercredi 29 août à 20h00 au presbytère de Souffel avec les deux conseils de fabrique et la mense curiale en présence du curé doyen.
jeudi 30 août à 20h00 au foyer de Souffel avec toutes les catéchistes de la communauté de paroisses.
vendredi 31 août à 20h00 au foyer de Reichstett : rencontre officielle et générale de passation. Tous les membres actifs de la communauté de paroisses y sont conviés.

Messe d’accueil du Père Gabriel Tchonang :
dimanche 2 septembre à 15h00 en l’église St Georges.

Une messe internationale pour un appel à se tendre la main…

La célébration du dimanche 19 août a été concélébrée par notre prêtre sénégalais, Stanislas et un diacre australien, de la famille de Luke (qui animait la messe avec Fanny). 
Dans son homélie, ce dernier, traduit de l’anglais par Luke, nous a appelé à tendre la main vers les autres, comme Dieu nous la tend, pas par obligation, mais par amour sincère et fraternel pour notre prochain. Une belle proposition dans ce contexte très multiculturel !

Paroisses de Reichstett et de Souffelweyersheim